Election présidentielle en France : racisme social et racisme au plus haut, le genoux à terre de la majorité civique devant les maîtres de la France, les plus fortunés

La France est un pays de désespoirs et désespérant. Les mêmes causes semblent pouvoir y produire les mêmes effets, sauf à innover, en pire. L’incapacité de quelques partis politiques de se parler et de s’entendre, dans la dernière ligne droite du premier tour, a permis à la candidate du Nullement Rassemblement National, de devancer, d’une très courte tête, le candidat de la France Insoumise, imposant un bis répétita lamentable et les mêmes réflexions et choix, piégés. Les deux candidats restants appartiennent à la droite : une droite peu modérée en matière de “libéralisme” et de racisme social, et une droite absolument pas modérée en matière de racisme social et de racisme. La seconde semble être le visage de la première, comme dans “la République” de Platon, la tyrannie est la dernière étape d’un devenir politique qui est passé par la timocratie. La majorité des citoyens le sentent et le savent : les deux candidats restants ne sont pas des candidats qui s’opposent, vraiment, radicalement, mais qui sont liés l’un à l’autre à des titres divers, même s’ils diffèrent aussi. Tout le monde sait que l’élection de la Le Pen serait infiniment plus tragique et dramatique, mais tout le monde sait aussi que la réélection d’E. Macron se traduira aussi par des attaques contre les droits des citoyens, sauf si aux élections législatives, une cohabitation lui est imposée par les résultats de. Le plus important est de savoir pourquoi cette situation se répète et s’aggrave. Une partie des causes réside, nécessairement, du côté de celles et ceux qui l’ont souhaité et qui y ont travaillé, mais une autre partie de ces causes réside du côté de celles et ceux qui ne l’ont pas souhaité, et qui ont donc fait des mauvais choix ou qui n’ont pas fait certaines choses qui auraient pu être pertinentes, effectives. Via le compte Twitter lié à ce blog, deux propositions ont été faites très en amont de ces élections, il y a plus d’un an :

  • financer (par financement participatif) des tracts afin de démontrer aux quartiers populaires/ouvriers où le vote RN était connu pour être élevé ou fort, que ce vote est stérile, que le RN est une arnaque. Le compte avait alors moins d’abonnés que maintenant, mais le nombre de réponses reçues pour cette proposition aura été proche de zéro
  • mener une campagne publique contre le monde du football, symbole de l’économie mafieuse du capitalisme actuel, notamment parce que ce monde parvient à hypnotiser des millions de citoyens, en leur faisant accepter ET en leur faisant aimer ce capitalisme et ces inégalités. Si le nombre de réponses reçues pour cette proposition n’a pas été proche de zéro, il est resté très faible, et les réponses ont été globalement négatives. “On y peut rien… “, “C’est pas possible…”.

La conclusion qu’il faut tirer de ces tentatives et de ces échecs, c’est que le conservatisme social et politique n’est pas seulement le fait des “conservateurs” explicites, les partis de droite, du PS jusqu’à l’extrême-droite, mais est largement partagée par une majorité de la population pour qui “on ne peut rien faire”. Nous subissons une passivité civique qui s’explique notamment par ce culte envers les plus riches, cette ploutophilie. Or les deux partis restants sont des partis qui protègent les plus riches. Le résultat est donc “cohérent” : pénible mais cohérent. Rien ne sera possible tant que trop de citoyens en France passeront leur temps à admirer les plus fortunés, à leur trouver des “excuses”, à justifier leurs comportements sociaux/asociaux, et, dans le sens inverse, à exprimer les plus prononcées et graves exigences envers les plus pauvres, notamment celles et ceux qui sont dans les rues, qu’ils aient la nationalité française (appelés alors “sans domicile”) ou qu’ils ne l’aient pas (“migrants”), tant que nous ne verrons pas de massives manifestations de solidarité envers eux. Les Français se retrouvent avec deux visages qui leur montrent le leur.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires