Islamophobie et Philosophie

D’un côté, nous avons des personnes, qui s’identifient en tant que « musulmanes », qui affirment qu’il existe un phénomène social français, qu’elles en soient victimes ou non, avec « l’islamophobie », et de l’autre, nous avons des personnes qui nient catégoriquement et le sens, la valeur, de ce terme, et la réalité qu’il vise. Le terme n’est pas complexe : on le sait, le terme d’origine grec, « phoïbos », vise plutôt la peur que la haine, mais, dans notre langue, il signifie plutôt l’hostilité ou la haine. Donc ce terme signifie qu’il y a une hostilité-haine-peur de ce qui est identifié comme l’Islam, les musulmans. Par exemple, personne ne conteste la pertinence du terme de xénophobie, bien que ce terme soit souvent mal appliqué : par exemple, avec un certain parti d’extrême-droite, on ne peut pas parler, stricto sensu, de xénophobie, puisqu’ils ont de nombreux amis étrangers, allemands, italiens, autrichiens, lettons, etc, tous membres ou sympathisants d’une extrême droite, alors que les membres de ce parti ont une hostilité/haine envers des populations spécifiques, qui ont pour caractéristique d’être pauvres (« migrants », « immigrés », …). Il faudrait donc plutôt les qualifier de « pauvrophobes ». Mais sont-ils islamophobes ? Il suffit de passer sur leurs comptes Twitter, Facebook, leurs sites, blogs, pour constater qu’ils ont cette obsession ET cette hostilité/haine. Donc, le terme vaut en raison de la réalité même : il y a des islamophobes ! ce qui induit qu’il y ait, qu’il puisse exister, de l’islamophobie. Imagine t-on que, au plus fort de ce que fut l’antisémitisme en France, à la fin du 19ème siècle, les pratiquants de cette obsession envers les Juifs aient pratiqué cette obsession/haine ET EN MEME TEMPS aient récusé l’existence de l’antisémitisme en France ? !

L’existence et l’usage de ce terme sont rigoureux. Hélas. Plutôt que se plaindre de l’existence et de l’usage de ce mot, les mêmes geignards devraient se regarder dans un miroir et se poser la question : pourquoi est-ce que je fais de l’Islam et des musulmans en France l’alpha et l’omega de TOUS les problèmes en France ? Quel rapport entre ceux-ci et la pauvreté en France ? Quel rapport avec la politique fiscale ? Etc etc.

Contrairement à ce que certains de ces clowns n’hésitent pas à affirmer à celles et ceux qui les contredisent, comme on le fait ici, il ne s’agit pas d’idéaliser des personnes, « une religion », d’être « naïfs », etc. Mais, NOUS, jamais, nous ne généralisons, jamais, nous ne généraliserons – car comment mettre dans un même sac un Ben Laden, avec des personnes paisibles, pacifiques, respectueuses des autres ? Il y a un terrorisme chrétien – et si nous généralisions de manière identique ? Oui, on ne peut pas confondre la critique des religions ou de telle ou telle religion avec une « phobie », hostilité-haine, mais celles et ceux qui invoquent tant le DROIT A LA CRITIQUE DES RELIGIONS pour ne viser que l’Islam et les musulmans ne pratiquent pas une « critique », c’est-à-dire une réflexion raisonnée, argumentée, ciblant des problèmes théoriques et/ou pratiques, mais, par cette focalisation, avouent qu’ils n’en ont cure d’une « critique », puisqu’il s’agit simplement pour eux de prétendre seulement rationaliser un peu un rejet. Sans oublier que nombre d’entre eux, comme un Rioufol et consorts, sont des islamophobes… chrétiens – si tant est qu’il soit possible de relier Jésus à de tels creusets de la haine.

 

Laisser un commentaire