Les milliers de victimes civiles des bombardements américains par drones

Un article de Les Crises, avec un extrait reproduit ici

AMY GOODMAN : Nous sommes maintenant rejoints par Azmat Khan, une journaliste d’investigation primée, collaboratrice du New York Times Magazine. Elle a passé plus de cinq ans à faire des recherches sur les guerres aériennes américaines. Dans le cadre de son reportage, elle a visité des dizaines de sites bombardés différents en Irak, en Syrie et en Afghanistan. La première partie de son enquête est intitulée « Les dossiers cachés du Pentagone révèlent des schémas d’échec dans les frappes aériennes meurtrières ». Et la deuxième partie est intitulée « Le coût humain des guerres aériennes de l’Amérique. »

Azmat Khan, bienvenue à Democracy Now! Merci beaucoup pour ce rapport complet. Je me demande si vous pouvez commencer par nous raconter l’histoire d’Ali Fathi Zeidan et de sa famille.

AZMAT KHAN : Bien sûr. Donc, Ali Fathi Zeidan et sa famille avaient quitté une ville, un village appelé Wana, qui était juste au sud du barrage de Mossoul. Ils l’ont quitté parce qu’il y avait des combats entre l’Etat islamique et les forces des Peshmerga, et ils cherchaient vraiment un endroit où ils pourraient être en sécurité. Et cela signifiait souvent, pour de nombreuses familles qui fuyaient les déplacements en 2015, en 2016 – cela signifiait souvent déménager dans des endroits où vous aviez déjà de la famille. Et la fille d’Ali Fathi Zeidan était mariée à un jeune homme dont le frère vivait à Mossoul Ouest, et c’est là qu’ils ont fini par vivre.

Ils ont emménagé dans une zone industrielle dans ce quartier de stockage de blé appelé Yabisat. Et, vous savez, c’était une très grande famille élargie. Ali Fathi Zeidan avait de nombreux enfants et petits-enfants. Et ils n’avaient essentiellement pas les moyens de s’offrir un bel appartement, mais ils se sont installés dans cette sorte d’espace de stockage, vous savez, ils en ont fait leur maison, ils ont apporté des choses pour dormir, ils ont apporté un réservoir d’eau – essentiellement, vous savez, ils ont essayé de s’en sortir du mieux qu’ils pouvaient pendant cette guerre.

Et une nuit de mars 2016, ils étaient assis pour dîner, et il y a eu une frappe aérienne. Ce qu’ils ne savaient pas à l’époque, c’est que les États-Unis avaient surveillé cette maison et ce « compound » ou cette zone particulière sur laquelle la maison était située, pensant qu’il s’agissait du site – ou de cette zone – d’une installation de production d’armes chimiques et d’autres types de structures associées à la fabrication et à la diffusion d’armes chimiques.

Et donc, ce qui s’est passé, c’est que l’examen des renseignements avant la frappe a essentiellement fait intervenir différentes personnes sur cette cible. Vous savez, le renseignement réel pour ce site peut provenir de cette source humaine. Et alors que différentes personnes évaluaient ce qu’elles voyaient, il y avait une personne qui regardait ça, qui voyait les renseignements et qui disait : « Écoutez, j’ai une évaluation un peu différente. » Il s’agissait d’une fonctionnaire de l’USAID qui, lorsqu’elle a repéré les 10 enfants que tous ceux qui regardaient ces images ont vu, a dit : « Écoutez, je ne pense pas que ces enfants soient de passage », ce qui signifie qu’ils ne font que passer. « Je pense qu’ils vivent dans ou près de ce complexe cible. » Et les militaires n’étaient pas d’accord. Ils ont continué à classer les enfants comme étant de passage, ce qui signifie qu’ils pensaient qu’ils pouvaient atténuer le potentiel de danger pour ces enfants en effectuant la frappe de nuit, lorsqu’ils ne seraient pas en train de jouer dehors ou là où ils les avaient vus jouer, près d’un ruisseau à proximité de la structure, dans la vidéo de la cible, dans la vidéo de pré-surveillance.

Et donc, vous savez, peu après cette frappe aérienne, une vidéo a été mise en ligne montrant des membres de la famille, que j’ai rencontrés bien des années plus tard – quatre ans plus tard, je crois – qui ramassaient les corps de leurs proches et essayaient de sauver tout ce qu’ils pouvaient. Au moins 21 personnes de cette seule famille sont mortes dans cette frappe aérienne, et il s’agissait de civils. Et lorsque cette vidéo a été mise en ligne – l’Etat islamique réalisait souvent des vidéos de propagande – elle a déclenché une évaluation de la crédibilité, au cours de laquelle la coalition dirigée par les États-Unis a examiné les preuves, a réinterrogé cette fonctionnaire de l’USAID pour tenter de déterminer ce qui avait mal tourné. Et ils ont conclu qu’il y avait – vous savez, que le processus et les procédures, vous savez, ils n’ont pas trouvé de faute ou d’action disciplinaire. En fait, ils ont dit qu’ils avaient même pris plus de mesures que nécessaire pour protéger les civils. Et il n’y a pas vraiment eu le genre de révélation profonde de ce qui s’est passé ici.

Quand j’ai eu ce document sur cet incident, je l’ai montré à quelqu’un, une source dans l’armée. Et, vous savez, il a dit : « Vous savez ce que c’est, non ? C’est un biais de confirmation. » Il l’a expliqué de cette façon. Il a dit que les responsables militaires voient quelque chose qui s’appelle une cible ou une installation de production d’armes chimiques, et pendant qu’il est contrôlé par ces chaînes, ils accordent une très grande valeur à ce genre de contrôle. Et à ce stade, il est très difficile pour eux de ne pas voir autre chose que cette cible particulière. Et donc, vous savez, il a dit que probablement cette fonctionnaire de l’USAID, qui n’avait pas été confrontée à tant de cas de ce type d’analyse militaire qui vous conduirait à croire que ces personnes étaient des cibles ou que ces enfants n’étaient pas de passage, ou quoi que ce soit d’autre, elle avait une vision claire et une compréhension des réalités du terrain pour comprendre ce qui se passait ici.

La question du biais de confirmation est donc apparue à maintes reprises dans les plus de 1 300 dossiers que j’ai obtenus par le biais de la loi sur la liberté de l’information (FOIA) et les propres évaluations de l’armée elle-même. Et la raison principale pour laquelle cela se produisait souvent était qu’il y avait un biais de confirmation en jeu.

JUAN GONZÁLEZ (…)

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires