Réformes/Révolution en France : des propositions (à compléter, en tant que telles et par d’autres)

Ci-dessous, les propositions qui se trouvent à la fin de ce texte. Les plus importantes seront développées dans des textes spécifiques, dans les prochaines semaines :

Partant du principe que tout se tient, il faut, en conséquence de ces éléments, énoncer des perspectives programmatiques, lesquelles se dessinent clairement :

· Première mesure : la mise à l’abri, par un logement décent, de chaque personne actuellement à la rue, sans domicile

· Il faut impérativement mettre fin à la Constitution actuelle, mais pas seulement en se contentant d’y mettre fin, comme si mettre fin à un texte mauvais rendait nécessairement possible un meilleur texte. À cette volonté d’en finir avec cette Constitution, il faut coupler des principes (cette partie sera développée dans un second texte, mais des éléments importants sont exprimés ci-après). En lien avec cette Constitution actuelle, il faut mettre fin à la professionnalisation de la vie politique. Le CDD de la « classe politique » actuelle doit être achevé.

· Le contrôle et la limitation, dans tous les sens de ces termes, des flux financiers

· La fixation d’un salaire maximal par secteur

· L’empêchement, par une organisation concrète, d’atteindre et dépasser un milliard, de fortune personnelle, avec, pour les milliardaires actuels, l’imposition de leurs revenus afin de les ramener à un niveau inférieur à cette limite maximale. Un objectif : zéro milliardaire en France d’ici 10 ans.

· La hausse des plus bas salaires, pour récupérer les pertes subies depuis quarante ans ET le strict contrôle des prix, la liaison systématique entre salaires et profits, et, pour les organisations économiques sans profit (les associations), une contribution spéciale des finances publiques pour se substituer à cette absence, afin que les salaires du privé et les salaires du public et de l’associatif soient traités équitablement

· La semaine des 32 heures ou des 28 heures

· Un droit au travail effectif par un contrat de travail permanent, depuis les études post-bac

· Un droit au licenciement limité, par l’établissement d’une autorisation délivrée par des agents de la convention collective de référence ou par l’inspection du travail, sous des conditions elles-mêmes limitées, strictes

· La renaissance d’une véritable médecine du travail

· Le recrutement de plusieurs milliers d’inspecteurs du travail et le rétablissement de leurs droits antérieurs aux contre-réformes des 20 dernières années

· Attribuer aux travailleurs des parts sociales sur chaque organisation de production, qu’elle soit publique ou privée, afin d’associer les travailleurs à toutes les décisions essentielles

· Organiser les élections professionnelles nationalement, en une seule date, avec une mobilisation publique aussi importante que les autres élections

· La proportion des impôts et taxes en fonction des revenus, par l’augmentation des tranches et par l’usage des moyens informatiques (une TVA adaptée aux revenus)

· Une imposition annuelle en prenant en compte la participation de chacun à la vie économique, avec un chèque fiscal s’il y a le dépassement d’un seuil

· Imposer les entreprises à la source

· Des créations d’emplois, dans toute la fonction publique

· Le rétablissement des comptes pour le financement des retraites et l’augmentation de toutes les plus basses retraites de plusieurs centaines d’euros, comme, par exemple, pour les femmes dont les carrières professionnelles ont été courtes, en raison de la vie familiale et parfois professionnelle quand elles n’ ont pas été déclarées par leur époux/employeur libéral)

· L’ encadrement de la production et de la diffusion des publicités, la limitation de leur présence physique et immatérielle. L’interdiction de toute coupure publicitaire ou de toute présence publicitaire pendant la diffusion des oeuvres audiovisuelles. La création d’une déontologie sévère pour les concepteurs de publicité. L’interdiction de tout empire médiatique par un contrôle professionnel et civique des médias.

· Une réforme totale, de la base jusqu’au plafond, du système judiciaire, police et gendarmerie, comprises, avec une harmonisation, une mise en cohérence des peines (le viol devant devenir systématiquement un crime), la différenciation entre les délinquants occasionnels, petits et les criminels, avec, pour les premiers, des travaux de formation afin de les réintégrer en diminuant ainsi drastiquement le risque de récidive ; l’appropriation citoyenne de la police et de la gendarmerie, par un contrôle départemental de leurs actions, par des citoyens tirés au sort, pour un mandat déterminé, non renouvelable. L’orientation du travail vers la grande criminalité.

· La baisse du prix des cigarettes et de l’essence afin de ne pas peser sur les moyens financiers des Français modestes (même si toute la politique globale doit permettre qu’il n’y ait plus de grande pauvreté en France sous une à deux décennies), mais surtout pour que les citoyens consacrent une plus grande part à d’autres dépenses positives pour l’économie locale (permettre à chaque famille de revenir régulièrement aux « restaurants »)

· Faire du Ministère de la Culture l’ un des plus grands Ministères, avec la valorisation des artistes passés ET vivants (lier chaque école avec des artistes locaux, organiser des voyages scolaires vers des lieux artistiques, culturels, obliger chaque chaîne nationale à diffuser des programmes enregistrés et en direct, dans une proportion quotidienne importante, créer une chaîne des Arts, renouveler les principes des rémunérations des « intermittents » afin de les rendre réguliers et plus importants

· Une véritable réforme de l’Education Nationale, pensée et mise en œuvre par les travailleurs de l’EN, tant concernant l’ architecture, la désignation des disciplines que concernant les contenus scolaires, les manuels, avec, en Histoire, la fin du « récit national »… nationaliste.

· Organiser une grande conférence nationale, longue, entre trois mois à six mois, pour étudier et décider des mesures à engager pour réaliser une véritable protection de l’ enfance (l’enfant devant être reconnu comme un être à part entière, dont les parents biologiques sont des tuteurs légitimes DES LORS qu’ils sont capables de s’ occuper de, dès lors qu’il y a la certitude qu’ils aiment leurs enfants) ; mettre en place une formation obligatoire pour devenir parent

· Une véritable lutte contre le racisme, par une éducation à la fraternité : connaître les autres, vivre avec eux, est le meilleur moyen de rendre impossible le racisme ; augmenter les amendes et les peines pour les récidivistes du racisme. Mettre en place des “radars” virtuels pour constater toute expression du racisme en ligne avec une amende automatique.

· Engager une véritable réflexion sur l’état du vivant, sur les nouveaux rapports à mettre en œuvre entre les humains, le vivant, et notamment les animaux, avec la création de zones «sauvages» interdites à la présence humaine, la création d’ emplois d’ observateurs et de gardiens du vivant, la place des animaux dans la vie sociale

· Dans nos rapports avec les autres peuples du monde : tenter de réformer l’UE pour interdire toute “harmonisation”, économique, laquelle signifie, en fait, imposer UNE UNIQUE politique, en outre, capitaliste OU sortir de l’ UE pour mettre en place une Europe des peuples, si ceux-ci le décident ; privilégier des accords internationaux basés sur les intérêts des populations ; mettre fin à la vente d’ armes et, en amont, à la production «libre et non faussée» de nouvelles armes ; mettre fin à la dissuasion nucléaire, en cessant de menacer des millions d’ êtres humains avec des armes de destruction massive ; réorienter les armées vers l’assistance aux populations frappées par des évènements climatiques ou une catastrophe (cet usage des forces « armées » aurait permis d’empêcher qu’il y ait tant de migrants qui perdent la vie en tentant de traverser une mer)

Laisser un commentaire